Du bioéthanol d’agave

Un petit verre, une pincée de sel, une tranche de citron… la tequila est sans doute le plus fameux des produits tirés de l’agave. Mais cette plante du Sud se prête également à la transformation en agroéthanol.

La réduction rapide des émissions de gaz à effet de serre est une nécessité, et la demande en carburants verts augmente en conséquence. Qu’est-ce qui, dans ce contexte, rend l’agave plus adapté à la production de bioéthanol que d’autres plantes comme le maïs et la canne à sucre ?

Réponse : avec un faible besoin en eau, l’agave est capable de pousser dans des conditions semi- arides sans irrigation. « L’agave est une culture respectueuse de l’environnement que nous pouvons cultiver pour produire des carburants à base d’éthanol, ainsi que des produits de santé », déclare Daniel Tan, professeur au Sydney Institute of Agriculture.

Le professeur Daniel Tan : « L’agave montre un vrai potentiel pour l’élaboration de biocarburants. »

Analyse économique

Pour Dr Xiaoyu Yan, maître de conférences en énergie et environnement à l’Université d’Exeter (Royaume-​Uni), l’agave, comme source d’éthanol, serait même supérieur à la canne à sucre et au maïs sur le plan de la qualité, voire de la quantité produite. En collaboration avec des collègues de l’Université d’Adélaïde, en Australie, les deux scientifiques ont mené la première évaluation complète du cycle de vie de la plante, suivie d’une analyse économique du bioéthanol produit à partir d’un champ d’agaves australiens.

« Notre analyse démontre qu’un rendement en bioéthanol de 7 414 litres par hectare et par an est réalisable avec des agaves âgés de cinq ans. » C’est donc un peu moins que la canne à sucre, à 9 900 l /​ha par an, mais l’incidence environnementale de cette dernière – liée à l’eutrophisation de l’eau douce, l’écotoxicité marine et à ses besoins en eau – est largement plus élevée que celle de l’agave, d’après les conclusions de l’essai.

L’agave résiste bien à la sécheresse et pousse dans des conditions semi-arides.

Des aides encore nécessaires

Dans les conditions de cultures australiennes, le rendement en éthanol du maïs était quant à lui largement inférieur, avec 3 800 l/​ha et par an. Comme future source de biocarburants, « l’agave est un gagnant, économiquement comme du point de vue environnemental », résume Xiaoyu Yan.

Dans un horizon proche, mais pas immédiat : l’analyse économique suggère que la première génération d’agroéthanols d’agave n’est pas commercialement viable sans un coup de pouce de l’État.

La rentabilité pourrait s’améliorer avec la demande émergente de nouveaux produits de santé.

Prof. Daniel Tan

À moins que la rentabilité ne soit améliorée grâce à d’autres types de valorisation : « Cela pourrait cependant changer avec la demande émergente de nouveaux produits de santé à base d’éthanol, comme les solutions hydroalcooliques pour les mains », estime ainsi Xiaoyu Tan.

Alors que l’étude s’est exclusivement penchée sur la culture de l’agave en Australie, cette asparagacée est aussi cultivée depuis le milieu du XVIe siècle dans le sud de l’Europe, notamment en Espagne où elle est exploitée pour sa fibre et en alimentation animale.